admissibles@iscparis.com 01 40 53 79 79
Témoignage : l’ISC Paris après une classe prépa
9 mai 2015
0

Mohamed a 20 ans et sort de la prépa Jean-Jacques Rousseau. Il fait partie des 230 préparationnaires à avoir intégré l’ISC Paris en septembre 2014 et il a accepté de nous raconter son parcours.

Pourquoi as-tu fait le choix d’intégrer une prépa ?
« J’ai longtemps hésité entre licence et prépa, je pensais avoir un niveau trop juste pour la prépa, j’avais envie de plus de liberté et l’intensité des cours et la charge de travail requise me faisaient peur. Finalement, j’ai décidé d’y aller parce que c’était le moyen le plus commun d’accéder à une école de commerce par la suite. Après tout, si je me posais la question c’est que j’avais le niveau pour y aller… C’est un choix que je suis loin de regretter aujourd’hui. J’y ai fait de supers rencontres, l’ambiance était sérieuse et chaleureuse et j’ai pu me découvrir car j’ai fait des choses dont je ne pensais pas être capable de réaliser un jour. »
Qu’est-ce que la prépa t’a apporté de plus qu’un autre cursus ?
« La prépa m’a apporté une certaine culture et la capacité à travailler efficacement et intensément. La charge de travail et le nombre d’heures nécessaires poussent tout le monde à donner plus, à adopter des méthodes et à devoir s’organiser. Ce sont des qualités nécessaires qui servent par la suite. »

Qu’est-ce qui a été le plus dur en prépa ?
« Le stress et la frustration, surtout au début quand on passe de notes convenables à des notes catastrophiques. La chute dans les premières semaines est un peu déprimante. Puis, quand on prend le rythme et que l’on saisit mieux les attentes et l’exigence, on finit par s’adapter et être plus efficace. »

Quel est ton meilleur souvenir de prépa ?
« Mon tour de France, sans hésitation. En tout et pour tout, j’ai passé les oraux dans 7 villes en France, 7 ambiances différentes, chaque école avait son charme et ses caractéristiques. En plus, j’ai pu faire un peu le touriste. »
Quels conseils pourrais-tu donner aux futurs candidats qui passeront leurs oraux ?
« De le travailler. Ça parait bête comme réponse, mais un oral est un exercice comme un autre, avec des exigences, et surtout, c’est un peu comme les maths, tout ce qu’on dit doit être justifié (ou en tout cas justifiable, dans le cadre d’un oral). On peut donc travailler son introduction, travailler son argumentaire concernant l’école (les programmes, les associations…), travailler les questions pour lesquelles on n’aurait pas de réponse ; bref, se préparer à tous les cas de figure. Et surtout, profiter, ne pas partir avec des a priori sur les écoles, et se faire son propre avis en s’y rendant.»

As-tu hésité entre plusieurs écoles avant d’intégrer l’ISC Paris ?
« Oui, j’ai hésité avec ICN et Sup de Co La Rochelle. »

Pourquoi as-tu choisi l’ISC Paris ?
« J’avais passé une très bonne journée lors de mes oraux, c’est une école dans laquelle je m’imaginais facilement. Au niveau académique, il y avait tout ce qu’il me fallait, l’ambiance familiale et conviviale m’a plu, et le fait d’avoir un tissu associatif comme on le connaît à l’ISC Paris m’a poussé à venir ici. Il y a un bâtiment dédié pour cela. Les emplois du temps sont aménagés pour qu’on puisse s’investir dans une entreprise étudiante (comme on les appelle ici). C’est quelque chose qui ne me laissait pas insensible. ».

Write your comment here ...

Laisser un commentaire